Etat des lieux...

La Mémoire
Le Musette Actuel
Voir & savoir ...
Contactez-nous !
Toujours plus ...
Liens

Accueil - Version française

Welcome - English Version

Allez viens ma poulette ...
 
Allez viens ma poulette ...
 
Allez viens ma poulette ...


2002 : le musette meurt doucement...

Attention : encore une fois, nous ne parlons pas des danses de couple en général.

Les danseurs parisiens qui possèdent encore la Toupie, la Samba parisienne, le Tango ou le Boléro musette (à base de pas chassés) restent approximativement au nombre de 300 (soyons optimistes) : moyenne d'âge 60 ans !
Et certaines personnes nous ont parlé du Racatti Marseillais dans les mêmes termes.

Ces danses ne sont pas reconnues comme faisant partie des danses dites "traditionnelles", et pour cause : on les danse encore sur les musiques qui passent actuellement dans n'importe quel dancing ou bal "rétro".
Il n'empêche que les danseurs les pratiquant disparaissent peu à peu.

Si nous ne nous y intéressons pas maintenant, que subsistera-t-il, dans 10 ans, de ces danses qui puisent leurs origines dans les années 1900 ?
La documentation sur le sujet est légère et les informations manquent.
Apprises normalement au sein du bal même, qui assurera la transmission aux plus jeunes lorsque le lien sera rompu ?

Pourtant, certaines danses qui datent également du début du 20è siècle, ont su "renaître de leurs cendres" :

Le tango argentin n'est pas né hier.

Le nom "lindy hop" fut créé lors de la traversée de l'Atlantique par Lindberg.

Les rythmes cubains ne sont pas nouveaux.

Tant mieux, car la pratique de ces trois danses apporte beaucoup de plaisir.

Tango argentin :
Te quiero...

Actuellement, le Tango Argentin est en pleine forme.
Tout le monde s'y intéresse... même la "danse sportive" !!!
Encore une fois, tant mieux : nous aimons le Tango Argentin.

Les passionnés veulent en connaître toujours plus :

Untel s'intéresse au style dit  "milonguero", une manière de danser ou les deux partenaires sont très proches l'un de l'autre ou à d'autres styles, encore plus anciens, encore plus typiques...

Untel découvre avec émerveillement  le "folklore" qui va avec le Tango : le monde des prostituées et des souteneurs, l'ambiance du bal, la manière d'inviter les femmes depuis l'autre bout de la salle, etc...

Untel raffole des traductions des paroles des Tangos Argentins, traductions qu'on peut trouver dans certains bons magazines spécialisés. 

Ces personnes savent-elles que, à la même époque, le monde du Musette était en tout point similaire :

on invitait les filles en sifflant depuis l'autre bout de la salle, 

l'ambiance du bal était la même,

les danseurs s'étreignaient de la même façon, 

on trouvait le même type de paroles dans les chansons dites réalistes parce que la misère était identique pour le petit peuple.

A-t-on totalement oubliée l'époque des "Apaches" parisiens, et les années qui ont suivies ?

"Oui, mais le Tango Argentin est plus "riche" et offre plus de possibilités"...

Le Tango Argentin est maintenant plus riche.
Il a évolué grâce à l'intérêt que lui ont porté de jeunes danseurs et de jeunes musiciens, issus de différents horizons.
Mais, il n'était à l'origine, qu'une danse beaucoup plus simple, riche de sensations mais pas top de figures : place dans les bals oblige !!!

Le Musette ne demande qu'à s'enrichir lui aussi.
Il attend ses jeunes danseurs et ses jeunes musiciens.
A vous de jouer !

Swing :
Ba bou di bou da...

Les danses dites "Swing" font une remontée fulgurante.
Tant mieux, tant mieux, tant mieux : nous adorons tout : le style, l'écoute musicale et les danses qui vont avec (lindy, boogie, shag, balboa, shim sham, etc).

A la population "Swing", nous ne dirons qu'une seule chose : si vous aimez danser d'autres danses, mais que les danses de salon traditionnelles vous paraissent trop figées, vous découvrirez, avec le Musette, des danses dynamiques et légères qui vous permettront d'évoluer différemment.

Elles datent de la même époque que le swing...

Salsa :
Salsa du démon...

Pour les mordus des rythmes chauds et ensoleillés, (nous en faisons partie), il faut savoir que les danses dites "Typiques" ont envahi les dancing musettes dès le début du siècle, apportant avec elles leurs nouveautés.
La Samba Parisienne, appelée aussi "Petits Pas", découle sans doute de cette époque.

En tout cas, il est sûr qu'elle s'applique très bien sur du Merengue et apporte à ces rythmes une richesse chorégraphique différente et remarquée...

Haut de page